Bonnes résolutions, pièges à … ? (oui, mes rimes ne sont pas toujours fines 😅)

Grande première pour ce deuxième ! ✌️

Me voilà à peine entrée dans le monde merveilleux du blogging, et v’là t’y pas que je m’en vais découvrir une de ses nombreuses facettes dont j’ignorais l’existence, et même que je vais m’offrir le luxe de m’y lancer.

Eh oui ! Je suis comme ça moi, toujours prête pour l’aventure ! (Ah… On me chuchote à l’oreille qu’aventurière n’est pas vraiment un mot qui me définit d’ordinaire 🤔. Qu’à cela ne tienne, ça viendra un jour ! Donc là on va dire que je m’entraîne😁)

Bref bref bref…

Je viens donc de découvrir le concept de « carnaval d’articles », grâce à Séverine, l’aventurière des langues (elle c’est pour de vrai), et son blog Langonaute. Elle nous y parle de sa passion pour le monde merveilleux des langues, nous offre des astuces pour mieux apprendre, et nous donne envie de nous y mettre nous aussi 🤓

(Si je ne devais choisir qu’un de ses articles à vous conseiller, ce serait celui-ci, mais bien d’autres sont à découvrir avec plaisir )

Un carnaval d’articles c’est :

un thème, proposé par :

un bloggeur, au sujet duquel écriront :

d’autres bloggeurs.

Un axe, plusieurs point de vue. Des échanges et des découvertes. Tout ce que j’aime !🎆

Le thème de Séverine en cette fin d’année qui approche est donc (oui oui, enfin, l’introduction prend fin 😅) Les bonnes résolutions, oui ou non ?

Dans ma tête, quand on dit résolution, je pense au verbe se résoudre, et déjà ça me plaît moyen. Un petit tour sur la toile me donne 3 sens principaux :

– se décider à

– se dissoudre

– se résigner

Bon, y en a un qui est vraisemblablement scientifique, on va le laisser tranquillement disparaître. Quant aux deux autres, ils me font un effet « y a qu’à, faut qu’on », souvent contraignant, rarement productif. Et moi j’aime pô les contraintes.

Peyo, si tu me lis, merci !


Je préfère rêver.✨

Bah oui, c’est beau de rêver ! Et je parle bien au premier degré.

Les rêves permettent de réaliser tellement plus de belles choses que les contraintes. Des rêveurs ont uni des peuples, des nations entières (interro flash éclair : qui pourra me citer en commentaire un rêveur qui a réussi ce type d’exploit ?) ; alors que les contraintes ont nourri les injustices, divisé, mené au conflit. Les rêveurs ne s’arrêtent pas à un échec, ils persévèrent, car ils y croient (si tu croises un jour Thomas Edison, demande-lui combien d’échecs essuyés avant de mettre au point l’ampoule). Les personnes qui se sentent contraintes vont trouver toutes les excuses possibles pour s’arrêter. Et c’est ce qui est, selon moi, la cause de toutes les bonnes résolutions prises à la nouvelle année et laissées sur le carreau quelques semaines à peine plus tard (on se lasse encore plus vite d’une bonne résolution qu’un enfant ne se lasse d’un de ses nombreux cadeaux de Noël en fait… Ça mérite réflexion non ?🤔)

Je n’ai pas la prétention de changer le monde, loin de là. Mais j’ai l’envie profonde de faire évoluer mon monde. J’ai des envies, des rêves, des objectifs, appelle-les comme tu veux. Ils se dessinent, se remodèlent parfois en cours de route. Je ne les connais pas encore tous, car les expériences et les rencontres que la vie m’offre m’ouvrent sans cesse de nouvelles perspectives.

Je crois fermement en la puissance créatrice et mobilisatrice du souhait profond et intime.

Je ne crois pas en la contrainte traditionnelle, presque obligatoire et souvent politiquement correcte de la résolution.

Et toi ? Qu’en penses-tu ? Suis-je selon toi une douce dingue rêveuse ? Ou crois-tu toi aussi en la force de l’envie profonde ?